Le bassin du Nyong appartient au domaine latéritique. Les sols y sont essentiellement ferrallitiques : sols orthiques modaux sur le Plateau sud-camerounais avec des zones hydromorphes dans la haute vallée du Nyong, sols jaunes topomorphes dans le bassin côtier.


Une étude de la couverture pédologique du bassin de Nsimi permet de distinguer, au-dessus du substratum granitoïdique, deux types de profils. (1) Sur les collines et leurs versants, la couverture, dont l’épaisseur atteint 50 mètres dans les zones élevées, s’amincit progressivement vers le bas des pentes. Au-dessus de la séquence latéritique classique (de la base vers le sommet : lithomarge, argiles tachetées, carapace et cuirasse ferrugineuses qui se dégradent en nodules vers le haut et vers le bas des versants), on note la présence d’un horizon sablo-argileux de teinte jaunâtre à rougeâtre, d’aspect très homogène ; l’origine de ce recouvrement, d’une épaisseur allant jusqu’à 3 mètres sur les points hauts et dont le contact avec le niveau ferrugineux sous-jacent apparaît toujours très net, n’est pas clairement expliquée. (2) Dans les bas fonds, la séquence latéritique apparaît tronqué : la lithomarge, ou argiles tachetées, sont surmontées par un niveau argilo-sableux blanchâtre, vraisemblablement colluvial. Au-dessus, un horizon grisâtre à caractère nettement hydromorphe, d’une épaisseur comprise entre 0,5 et 1,5 mètre, essentiellement constitué de kaolinite et de grains de quartz résiduel ; certaines passées ou lentilles apparaissent plus argileuses, plus sableuses, ou plus foncées du fait de leur teneur en matière organique. Au sommet de ce profil de bas fond généralement engorgé, sur une tranche de 0,2 à 0,5 mètre, on observe un horizon sablo-argileux brun-noirâtre enrichi en matière organique (parfois plus de 10%).