Le ‘Watershed project’ est un des projets de recherche menés à la Cellule Franco-Indienne de Recherche en Sciences de l’Eau (CEFIRSE), créée il y a 5 ans et hébergée par l’Indian Institute of Science (IISc), Bangalore. Le ‘Watershed project’ implique des chercheurs et étudiants indiens appartenant au ‘Civil Engineering Department’, IISc, et des chercheurs français de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Ce projet a pour but la compréhension et la quantification des paramètres environnementaux sur les cycles hydrologiques et géochimiques en Inde du sud et plus particulièrement dans le bassin de la rivière Kabini.

L’état du Karnataka présente dans sa partie sud-ouest un contexte climatique unique pour mener des études comparatives sur les effets des paramètres environnementaux. La chaîne montagneuse des Ghâts s’étend parallèlement à la cote ouest de la péninsule et constitue une barrière orographique : d’ouest en est, sur une distance de 50 km, les précipitations annuelles décroissent progressivement de fortes valeurs (entre 2000 mm/an et 6600 mm/an) à seulement 50 mm/an. La zone de transition climatique correspond à une bande étroite constituée de forêts protégées des activités anthropiques : le parc national de Bandipur.

Le bassin versant de la rivière Kabini intègre les trois zones climatiques et constitue ainsi un laboratoire naturel pour l’étude des flux d’érosion physique et chimique en relation avec la couverture pédologique et les conditions hydroclimatiques. Dans le but d’identifier les réservoirs majeurs régulant les cycles des éléments et de quantifier les flux entre ces réservoirs, deux bassins versants expérimentaux (BVE) ont été sélectionnés dans la parc national de Bandipur, près des villages de Mule Hole et Maddur. Il sont en cours d’équipement (pluviomètres, stations de jaugeages, collecteurs de pluies, stations météorologiques, tensiomètres…) pour permettre un suivi des paramètres hydrogéochimiques. Ces deux BVE sont localisés sur un aquifère de roche fissurée et peuvent être considérés comme représentatifs du principal contexte hydrogéologique puisque 70% du pays sont couverts par des roches plutoniques, volcaniques et métamorphiques (BOURNET, 2004)