La distribution des sols du BVE de Mule Hole a été établie à partir des observations effectuées sur des profils de sols et toposéquences, des sondages de conductivité électromagnétique (EM31, Geonics Ltd), et d’études lithologiques et de végétation (BARBIERO et AL., 2007).


Deux types de sols sont présents sur le BVE de Mule Hole (Figure 6) :
  • Sols rouges (ferralsols et Luvisols chromiques). Les Ferralsols ont généralement une épaisseur de 2 à 3 m alors que les luvisols sont moins épais
  • Sols noirs (vertisols et intergrades vertiques)

La majeur partie (80%) du BE de Mule hole est couverte par les sols rouges qui montrent des épaisseurs de 1-2 m et pouvant atteindre 4 m en certains endroits. Des sols rouges moins épais (0,2-0,5 m), recouvrant le saprolite gneissique altéré et associés à une végétation de type Shorea, se rencontrent principalement près du lit central du ruisseau séparant les deux talwegs et dans la zone discontinue en forme de demie orange le long des pentes.

Les sols noirs, qui représentent 10% de la surface du BE de Mule Hole, sont développés sur deux types d’environnements : (i) la zone bas-fond, occupant la partie la plus basse de la pente et le fond des vallées plates ; dans cette zone, les sols noirs montrent des épaisseurs de 2 m sur les bords mais peuvent atteindre 6 m dans la partie centrale. Ils se sont développés à partir du saprolite gneisssique et amphibolitique. (ii) Dans les zones plus élevées situés en tête de BVE, les sols noirs montrent des épaisseurs de 0,2 à 0,5 m, excepté dans les dépressions (50 à 100 m de diamètre) sur la ligne de crête où ils sont caractérisés par des épaisseurs pouvant atteindre 2,5 m. Ils sont toujours associés au gneiss, en alternance avec les amphibolites

.

Figure 6. Soil cover on Mule Hole watershed and distribution of erosion spots. 1–rotational slip; 2–seepage erosion at the top of black soil; 3–seepage erosion and mass movement in non-cohesive saprolite at midslope.
Figure 6. Couverture pédologique du BE de Mule Hole et distribution distribution des zones d’érosion.