Bassin de Houay Pano (Lao PDR): érosion des sols par splash dans une plantation de tecks (photo: C. Valentin)

En 1998, l’International Board for Soil Research and Management (IBSRAM) et  l’Asian Development Bank (ADB) on formé le Management of Soil Erosion Consortium (MSEC) pour évaluer les causes et l’étendue de l’érosion des sols en Asie du Sud-Est. Durant cette 1ère phase (1998-2002), MSEC a cherché (i) à quantifier l’érosion dans des petits bassins cultivés selon des pratiques agricoles locales représentatives de ces zones, excluant l’agriculture moderne industrielle, et (ii) à tester des pratiques agricoles alternatives qui puissent diminuer la dégradation des terres et améliorer les moyens d’existence des foyers des communautés habitant les zones de montagne.

Une 2nde phase (2003-2010) d’MSEC, soutenue par l’International Water Management Institute (IWMI) et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), mise en œuvre en Indonésie (jusqu’à 2005), au Laos, aux Philippines (jusqu’à 2005), en Thaïlande et au Vietnam avec des partenaires nationaux. L’objectif de cette phase était d’aboutir au développement durable des bassins versants en abordant les objectifs jumelés de conservation des ressources et de soutien de la sécurité alimentaire. L’IWMI, à cause de nouvelles règles de financement, a dû quitter le consortium fin 2010.

L’IRD et ses partenaires ont ensuite initié une 3e phase (2011-2015): MSEC a rejoint le Réseau des Bassins Versants (SOERE RBV) au niveau Français et le Critical Zone Exploration Network (CZEN) au niveau international. Le Management of Soil Erosion Consortium a été renommé Multi-Scale Environmental Changes pour souligner l’approche environnementale multi-échelle des processus impactés par les changements globaux.

Après évaluation du SOERE RBV et de MSEC en 2015, une 4e phase (2016-2020) a été planifiée, en regroupant MSEC et BVET dans un seul SNO appelé Multiscale TROPIcal CatchmentS (M-TROPICS).